Boite à outils

Et pourquoi pas la Scarpe à vélo ?

05.10.2018 | Tourisme

Nous avons tous entendu parlé et peut-être même pratiqué la "Loire à vélo" ou la "Vélo route du Rhin". Alors pourquoi pas la Scarpe à vélo ? L'idée de développer le tourisme «fluvestre» (itinérance sur le chemin de halage) est en train de germer. Les élus des communes et des intercommunalités traversées par la Scarpe ou concernées par ce que pourrait être la stratégie de développement du tourisme autour de ce cours d'eau de 36 kilomètres se sont réunis le 2 octobre dernier, à l'initiative du Parc naturel régional. Compte tenu de la connexion avec les itinéraires cyclables des pays limitrophes (Belgique, Allemagne, Pays Bas notamment), et du potentiel lié tourisme de court séjour, ce positionnement mérite en effet qu'on s'y intéresse de très près. D'autant que Saint-Amand-les-Eaux offre l'unique station thermale des Hauts-de-France (avec une fréquentation de 10.000 curistes chaque année). Or 25 % des curistes font du vélo !

Dans la Vallée de la Lys, le développement du tourisme «fluvestre», engagé depuis plusieurs années déjà, porte ses fruits.Grâce à l'installation d'éco-lodges (pour 36€/nuit!)très appréciés par les cyclo-touristes, la fréquentation des restaurants et la vente de produits locaux s'est largement développée. A tel point que la location de ces petits logements en bois n'est plus réservée à la saison estivale et devient possible toute l'année! Dans le Douaisis, l'attractivité de la Scarpe est également partagée. Cet été, 4000 personnes ont fait une croisière commentée ou une croisière repas sur la Scarpe ! En coeur d’Ostrevent, les développement des activités nautiques actuellement en marche permettra des haltes et animations complémentaires. Ainsi, les initiatives des 3 offices de tourisme concouront à proposer un produit touristique complet et attractif, autour d’un produit marketing phare.

Autre élément à considérer et non le moindre : les retombées économiques annuelles d'un itinéraire fluvestre sont estimées à un chiffre allant de 16.000 à 30.000 euros par kilomètre.

C'est donc avec beaucoup d'intérêt que les élus ont partagé leurs idées, questionnements, attentes et propositions sur la valorisation touristique de la Vallée de la Scarpe. Prochaine étape : la rédaction d'une charte d'intention qui permettrait de coordonner et de structurer toutes les bonnes initiatives et de bénéficier des opportunités de financements proposés par l’Ademe ou la Région Hauts-de-France. 

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
Cartesinteractives