Boite à outils

Une longue histoire de rapprochement

En 1983, la Région Wallonne et la Région Nord-Pas de Calais signaient un protocole d’accord pour la création d’un parc naturel «supra-frontalier» dans les plaines traversées par la rivière Scarpe et le fleuve Escaut, un espace rural et très riche en biodiversité, délimité par les agglomérations de Tournai et Mons en Wallonie, et de Valenciennes et Douai en France. A cette époque, il existe déjà sur le versant français le Parc naturel régional Scarpe-Escaut, mais il faudra attendre 1996 pour la création du Parc naturel des Plaines de l’Escaut côté wallon.

Cet espace de coopération transfrontalière entre le Parc naturel des Plaines de l’Escaut et le Parc naturel régional Scarpe-Escaut s’est choisi l’appellation de «Parc naturel transfrontalier du Hainaut», prenant le nom de l’ancien comté qui durant le Moyen Age avait uni ce territoire sous un même souverain. Depuis 1996, de nombreuses actions ont été mises en place dans le Parc naturel transfrontalier du Hainaut, notamment grâce au déploiement de projets issus des successifs programmes INTERREG de coopération transfrontalière cofinancés par l’Union Européenne. La coopération transfrontalière est devenue avec le temps de plus en plus intense et structurée. Aujourd’hui, la coopération laisse la place à une démarche d’intégration transfrontalière, avec un projet de territoire commun et une stratégie partagée par les deux parcs naturels. Cette vision collective est marquée notamment au travers de la Charte du Parc naturel régional Scarpe-Escaut approuvée en 2010. A l’occasion du renouvellement de la Charte du Parc français, les deux partenaires ont décidé de doter cette Charte d’une dimension transfrontalière, en y associant le Parc naturel des Plaines de l’Escaut. De leur côté, les orientations du Plan de gestion du Parc naturel wallon se trouvent convergentes avec celles de la Charte. 

Interactive maps