Boite à outils

Libellules et demoiselles de Scarpe-Escaut

En France métropolitaine on dénombre plus de 90 espèces d'Odonates. Sur le territoire de Scarpe-Escaut, vaste zone humide où l’on rencontre une grande diversité de milieux humides (rivières, canaux, étangs, fossés, mares), on en dénombre près de 46 espèces !

Espèces emblématiques des milieux humides, les odonates (demoiselles et libellules) sont des insectes primitifs à métamorphose incomplète. Leurs larves mènent une vie aquatique où elles capturent des insectes, des têtards ou des petits poissons. Les adultes mènent une vie aérienne et capturent toutes sortes d'insectes ailés. Le corps des odonates est composé de trois parties : la tête, le thorax et l’abdomen.
On peut les observer au bord des rivières et cours d’eau, en forêt, près des mares… Leur durée de vie est d’environ 5 ans, mais elles ne vivent que quelques semaines sous sa forme adulte ! C’est donc entre mai et mi-septembre que le Parc naturel régional Scarpe Escaut réalise des inventaires sur les sites qu’il gère pour suivre l’état des populations (observation des individus adultes). Les données permettent également de suivre l’évolution de la qualité des milieux naturels et sont transmises au Museum national d’histoire naturelle.

On distingue deux groupes : les anisoptères (libellules, aeschnes) et les zygoptères (demoiselles, agrions).

Les anisoptères ont les ailes étalées au repos. Ce sont des insectes vigoureux, bons voiliers (les æshnes ne se posent pratiquement pas du lever du soleil à la tombée de la nuit)
Anax empereur (Anax Imperator) anax_empereur1cwilliam__cheyrezy.jpg
grande_aeschne2_william_cheyrezy.jpgGrande Aeschne (Aeshna grandi)
Libellule déprimée (Libellula depressa)3_libellule_deprimee_william_cheyrezy.jp
4_libellule_a_quatre_taches_william_cheyLibellule à quatre tâches (Libellula quadrimaculata)
Sympértrum sanguin (Sympétrum sanguineum)cbenoit_gauquier_odo_ssanguineum8.jpg
gomphe_joli__adobestockc_marek_r._swadzbGomphe joli (Gomphus pulchellus)
Leucorrhine à gros thorax (Leucorrhinia pectoralis)7_leucorrhine_a_gros_thoraxcmirkograul_-
cordulie_bronzeecwilliam_cheyrezy.jpgCordulie bronzée (Cordulia aenea) 
Les zygoptères sont des insectes délicats, au vol souvent faible et dont presque toutes les espèces ont les ailes identiques, jointes et repliées au-dessus du dos lorsqu'elles sont au repos.
Naïade aux yeux rouges (Erythromma najas)naiade_aux_yeux_rouges_cwilliam_cheyrezy
agrion_elegantcwilliam_cheyrezy.jpgAgrion élégant (Ischnura elegans)
Agrion jouvencelle (Coenagrion puella)agrion_jouvencelle_cmirkograul_adobestoc
11_agrion_de_mercurecroque_41-fotolia.jpAgrion de Mercure (Coenagrion mercuriale)
Caléoptérix éclatant (Calopteryx splendes)15_calopteryx_splendens_-_mannchen_c_mir
petite_nymphe_au_corps_de_feu_cpeter_eggPetite nympe au corps de feu (Pyrrhosoma nymphula)
Leste vert (Chalcolestes viridis) leste_vert_adobestock_305998564.jpeg

Une diversité d’espèces intimement liée à la qualité des milieux aquatiques 

Certaines espèces sont très répandues, mais beaucoup sont plus rares et menacées par les activités humaines notamment :

- la dégradation de la qualité de l’eau (problème d’assainissement, eutrophisation, pesticides,…) ;

- la présence trop importante de poissons dans certains points d’eau, combinée au manque de végétation aquatique provoquent un taux de prédation sur les larves de libellules trop important ;

- les points d’eau souvent trop homogènes avec des berges trop abruptes sont peu favorables au développement des herbiers aquatiques qui servent de refuges, de zones d’alimentation et de reproduction pour les libellules ;

- la fermeture des milieux par la végétation arbustive : pour la majorité des espèces l’activité est dépendante du soleil, un milieu aquatique trop fermé sera peu attractif et les herbiers aquatiques par manque de luminosité ont tendance à disparaitre ;

- les épisodes climatiques extrêmes comme les sécheresses font qu’une grande partie des zones humides se retrouvent sans eau et deviennent peu favorables au développement larvaire pour la majorité des libellules.

Les actions de protection et de sauvegarde

Réalisés par l’équipe technique du Parc, par des élèves dans le cadre de leur formation ou par des bénévoles lors de chantiers nature grand public avec des bénévoles, différentes actions de gestions peuvent-être mises en place. Ouverture du milieu (coupe sélective des ligneux sur les berges pour augmenter l’ensoleillement), reprofilage des berges d’étang afin de favoriser la végétation aquatique ou encore création de mares sont des moyens de favoriser la sauvegarde des espèces. Un suivi du peuplement piscicole peut aussi être fait afin de vérifier et maintenir l’équilibre écologique du point d’eau.

Crédits :   Agrion jouvencelle ©mirkograul_ AdobeStockØ Petite nymphe au corps de feu©Peter Eggermann_ AdobeStockØ Libellule déprimée©William Cheyrezy_PnrseØ Gomphe joli  ©Marek R Swadzba_ AdobeStockØ Agrion élégant ©William Cheyrezy_PnrseØ Caloptéryx éclatant ©mirkograul _FotoliaØ Agrion de Mercure ©Roque 41_FotoliaØ Leste vert ©David Delecourt_PnrseØ Anax empereur ©William Cheyrezy_PnrseØ Grande æschne© William Cheyrezy_PnrseØ Libellule à quatre taches ©William Cheyrezy_PnrseØ Sympétrum sanguin ©Benoit GauquieØ Cordulie bronzée ) ©Wiiliam Cheyrezy_Pnrse

Interactive maps

Documentation